4 questions à se poser pour calmer les turbulences intérieures et prendre de l'altitude

Mis à jour : sept. 19

Crise de la quarantaine


La crise du milieu de vie, un grand chamboulement intérieur qui déstabilise, mais qui peut aussi être source de renouveau quand on l'aborde comme il faut.


Partie 1 - Bien que souvent associée à la quarantaine, la crise du milieu de vie touche aussi les personnes dans la trentaine et la cinquantaine. Elle se produit à mi-chemin de l'existence. Cette crise de l'âge adulte n'est pas une étape que tout le monde traverse dans son parcours de vie, mais pour les hommes et les femmes qui la vivent, c'est une période déroutante. La crise du milieu de vie est une phase difficile. Ceci est vrai autant pour ceux qui la traversent, puisqu'elle résulte d'un profond malaise, que pour l'entourage frappé par l'incompréhension et la consternation. Pensons aux stéréotypes du mari qui tourne le regard vers des femmes plus jeunes, qui souhaite vivre une deuxième jeunesse ou qui désire s'acheter une voiture de sport, tout comme celui de l'épouse qui se sent soudainement revivre aux côtés d'un amant. Oui, ces scénarios se produisent provoquant sur leur passage des ruptures de couple. Bien d’autres situations sont vécues durant la transition du milieu de vie causant également des éclatements ou des tensions. Face à l’impact que peut avoir la crise sur l’individu, son cercle sociale et familiale, ainsi que sur son couple, il est important de cerner ce qui est à l'origine des bouleversements associés à cette période de transition. Il s’agit là d’une crise existentielle à gérer avec beaucoup d’attention afin que le changement de vie qui s’opère soit réussi. Voici donc quatre questions à se poser pour faire une réflexion sur la situation et prendre des décisions éclairées.

QU’EST-CE QUI NE VA PLUS DANS SA VIE ? (Le mal-être)

La crise du milieu de vie survient lorsqu'une personne à la fin trentaine, un quadragénaire ou un quinquagénaire (autour de la mi-cinquantaine), commence à ressentir un malaise ou une insatisfaction dans sa vie. Ils s'expriment à travers diverses émotions telles la morosité, la sensation de vide, la frustration, le sentiment d’impasse, l’amertume. Mais la crise peut aussi être déclenchée par la soudaine prise de conscience de sa mortalité, les premiers signes de vieillissement (les capacités diminuent, l'énergie baisse, la santé devient fragile), les enfants qui quittent la maison ou la perte d'êtres chers. C’est une période de bilan et de réévaluation de la vie qui entraîne une baisse du bien-être et du bonheur. Les études montrent en effet que la courbe du bien-être ou du bonheur varie en fonction de l'âge. Elle est élevée dans la jeunesse, mais commence à chuter vers 18 ans atteignant son plus bas niveau à partir du milieu de la quarantaine jusqu'au début de la cinquantaine. On est donc dans le creux de la courbe durant la phase du milieu de vie. Heureusement, la courbe remonte ensuite progressivement au point de dépasser même le niveau de bonheur vécu pendant la jeunesse, et cela parce qu'on développe une vision plus claire du sens de sa vie en vieillissant. Comprendre son malaise permet d’orienter son énergie vers la résolution de ce qui est à la source du mal et aide à avancer dans la bonne direction.

OÙ EN EST-ON DANS LA VIE ? (La remise en question)

La crise est donc marquée par une remise en question. C'est le moment du bilan. On s'engage dans une réflexion sur sa vie, son identité, ses rêves, ses choix, ses accomplissements, ce qui n'a pas été accompli, ses pertes et ... ses actes manqués (clin d'œil à la chanson de Jean-Jacques Goldman). Les différentes sphères de l'existence sont réévaluées (vie professionnelle, familiale, affective, personnelle, sociale). Des interrogations sur la direction à prendre pour les années à venir surgissent, preuves d'une prise de conscience que le temps est compté et que le moment de vivre ses aspirations ou de les revoir est arrivé. Il est encore possible de rectifier le tir ou de changer de trajectoire. Les questionnements intérieurs invitent à aller au plus profond de son être afin de se connecter à sa nature profonde, de trouver ce qui nous anime, nous fait vibrer. C’est une phase de découverte de soi, un rendez-vous avec soi qui posera aussi les bases de la révélation du sens de sa vie.

À QUOI LA VIE NOUS APPELLE-T-ELLE ? (La quête de sens)

Avec la remise en question vient la recherche du but profond de son existence. On se questionne sur sa mission de vie ou mission personnelle. En d’autres termes, on réfléchit sur le rôle que l’on a à jouer dans cette vie. Elle peut découler d’aptitudes naturelles enfouies ou ignorées, qui rejaillissent avec l’exercice de l’introspection. Découvrir sa vocation donne du sens à la vie. Savoir que nos actions vont être dirigées vers un but plus grand ou un objectif noble devient source de réconfort et de mieux-être. Trouver sa raison d’être et la définir clairement amènent à vivre en phase avec soi-même.

EST-IL POSSIBLE DE VIVRE UNE CRISE POSITIVE ET COMMENT ? (L’état d’esprit constructif)

Pour vivre une transition du milieu de vie positive, il est important de ne pas se précipiter dans la satisfaction immédiate des désirs naissants, mais plutôt de prêter d’abord attention à ce qui se passe à l’intérieur de soi et d’y réfléchir. Il faut se poser les bonnes questions pour obtenir des réponses adéquates au problème. C’est le point de départ de la transformation, une préparation psychologique utile pour faire un changement qui va demander de la volonté, du courage, de la motivation et de la patience. Les actions posées par la suite ne seront que plus favorables à un changement positif.

La crise de la quarantaine peut avoir des tas d'avantages. Les gens se surpassent souvent en temps de crise. Ils se révèlent en quelque sorte.

Allison Pearson


La crise devrait être perçue comme un cadeau de la vie dont le but est de nous éveiller au potentiel de bonheur et de bien-être qu’elle a à nous offrir. Quand les tourments intérieurs sont apaisés, on prend en légèreté et en hauteur. La floraison commence, on porte alors les bourgeons de sa propre renaissance.

ABONNEZ-VOUS AU BLOGUE et si vous aimez cet article, partagez-le. 👍

Vous êtes mon baromètre ! Dites-moi ce que vous pensez de mes articles (commentaires), pour que je puisse mieux vous parler des sujets qui vous intéressent. Merci !



Vous aimerez aussi : Crise de la quarantaine : faire la transition vers une nouvelle version de soi et de sa vie (Partie 2)

REJOINS MA COMMUNAUTÉ !


@maqualitedevie


Instagram

Facebook

Twitter

Pinterest

© 2023 by Train of Thoughts. Proudly created with Wix.com