Quelles habitudes les gens positifs ont-ils en commun ?

Dernière mise à jour : oct. 28

La négativité s'immisce de façon insidieuse en nous. Alors, comment la freiner et vivre une positivité saine ? Voici la réponse.


Ongles avec des bonhommes sourire (smiley)_positivité

Il y a quelques jours, j'ai dû téléphoner à un de mes fournisseurs de service. C'était la 3e fois que j'appelais pour obtenir un document par courriel qui n'arrivait pas. J'étais assez fatiguée de ces appels continuels et des nombreux transferts à plusieurs agents. Dans tous les cas, j'ai contacté le service à la clientèle de l'entreprise, et comme c'est souvent le cas dans ce genre de situation, j'ai été mise en attente. Bien sûr j'aurai pu choisir qu'on me rappelle, mais j'ai préféré attendre en ligne. J'ai pu parler à un agent à qui j'ai expliqué mon problème pour la énième fois. Il m'a transféré à un autre département, j'étais en attente et j'ai perdu la ligne juste au moment où on me répondait ! En fait, à ce moment précis j'avais pris mon téléphone qui se trouvait sur la table (j'étais sur haut-parleur) et je pense que j'ai raccroché sans le vouloir. « Fichus écrans tactiles ! », me suis-je dit en colère. J'étais de mauvaise humeur. J'ai donc dû rappeler, être de nouveau mise en attente pour enfin parler à un autre agent qui m'a assuré que tout serait fait et que je recevrais le document dans les 24 prochaines heures. J'ai raccroché en espérant que cette-fois-ci serait la bonne. J'avoue que j'étais irritée et que cette situation était en train de gâcher ma matinée. J'ai tout de suite réalisé que je faisais l'expérience du biais de négativité et j'ai alors fait le choix conscient de ne pas laisser ma frustration et mon impatience entacher le reste de ma journée. Sans rejeter mes émotions, j'ai décidé de ne pas m'y attarder trop longtemps. Je me suis calmée en portant mon attention sur autre chose, ce qui m'a fait oublier cet incident qui avait, je dois l'avouer, quelque peu perturbé le cours de ma matinée.



Qu'est-ce que le biais de négativité ?


Il vous est probablement déjà arrivé de passer une journée agréable dans son ensemble puis de la voir s'assombrir par un fait désagréable qui anéanti les 90 % de positivité vécus durant le reste du jour. Par exemple une dispute, une nouvelle déprimante dans les médias, un bris imprévu dans la maison ou dans la voiture qui va générer des dépenses, la perte d'un objet que l'on aime beaucoup. Pourquoi cet événement seul a temps de poids dans l'appréciation de la journée, alors que le reste de la journée s'est bien passé ? C'est parce que nous sommes plus sensibles et plus affectés par les situations négatives que positives. Il s'agit ici du biais de négativité.


Cette disposition à être plus affectés par les événements négatifs viendrait apparemment de nos lointains ancêtres qui arrivaient à survivre aux dangers de leur environnement grâce à leur capacité à être alertes aux périls. Aujourd'hui, la société a changé et bien que nous ne soyons plus exposés à toutes ces menaces, le biais de négativité subsiste et nous influence encore. Ainsi d'une façon générale, c'est le côté négatif qui prend le dessus dans notre ressenti même s'il y a plus d'éléments positifs ou de gains que d'éléments négatifs ou de pertes. Par exemple, lorsqu'on doit prendre une décision, la possible perte à subir motive plus le choix que le possible bénéfice à tirer. De même, quand on doit poser une action, le risque qu'on pourrait courir a plus de poids dans la motivation à passer ou pas à l'action que l'avantage que cette action pourrait apporter (même si la somme des avantages, dépasse l'inconvénient). Cela s'étends aussi au domaine des relations où, par exemple, on se souvient plus fortement des interactions ou impressions négatives dans notre rapport aux autres que des expériences ou échanges positifs.



Pourquoi est-ce important de repérer le biais de négativité?


Le biais de négativité influence notre comportement, nos actions, notre jugement, nos décisions et peut même affecter notre santé mentale (dépression et anxiété). En étant conscient de cette asymétrie, il devient alors possible d'ajuster notre réaction aux contextes négatifs et ainsi de contrecarrer notre propension naturelle à y répondre plus fortement que les contextes positifs d'intensité égale.


Les avantages de repérer le biais de négativité et de le corriger sont multiples. Cela permet notamment de :

  • S'alléger la vie : les émotions négatives ont leur utilité, mais si elles sont entretenues, elles finissent par peser inévitablement sur le moral, par provoquer de la fatigue et elles en viennent à se transformer en fardeau. C'est comme avoir un boulet attaché au pied. Comment peut-on fonctionner de façon optimale si on traîne un poids avec soi?

  • Se rendre la vie plus agréable : personne n'aime vivre des moments de tristesse, de découragement, de colère, de peur ou d'angoisse. Ce sont des réactions saines à des stimuli négatifs, mais dans un contexte de biais de négativité, on doit repérer ce penchant négatif et en atténuer l'impact sur nous. Quand on sait gérer le biais, on permet aux sentiments positifs de prendre un peu plus de place dans la vie et on se donne ainsi la permission de mener une existence plus douce.

  • Avoir du discernement dans le jugement et la prise de décision : le biais de négativité est une déformation du traitement de l'information. Il altère le raisonnement et la réalité. La logique étant faussée, elle devient trompeuse, et elle conduit forcément à une décision ou un jugement irrationnel. On s'entend qu'il est préférable d'avoir les idées claires pour prendre une décision ou pour se faire une impression plus juste de quelqu'un ou d'une situation, que de se fier sur une logique erronée.

  • Favoriser les instants de bonheur : le bonheur en tant que tel ne dure pas dans le temps, c'est-à-dire qu'il n'est pas un état permanent. C'est pourquoi, je parle ici de moments de bonheur plutôt que de bonheur. Je réfère ici à des moments où on est bien. Si on diminue les effets de la négativité, on crée plus de satisfaction.

  • Accroître le champ des possibles : quand une décision est basée par exemple sur la crainte ou sur toute autre raison négative, alors que le gain dépasse le désagrément, on ferme la porte à des opportunités. Quand j'étais étudiante et que, dans mon programme d'étude, j'en suis arrivée à l'étape du stage, j'ai pu trouver une entreprise qui m'avait accepté comme stagiaire pour l'été. C'était un stage non rémunéré, mais j'étais contente d'avoir réussi à obtenir une place quelque part. Or, lors de mes recherches de stage, je m'étais inscrite à un programme qui permettait aux jeunes de partout au Canada d'avoir une expérience de travail en dehors de leur province de résidence. Je me suis inscrite pour la forme car je ne pensais pas que ça déboucherait. À mon grand étonnement, j'ai décroché un emploi dans mon domaine grâce à ce programme et j'ai alors fais face à un dilemme : rester sur place où j'avais déjà tous mes repères ou partir vers l'inconnu, dans une ville où je ne connaissais personne, où il fallait que je trouve un logement et que je me mette à l'anglais (et mon anglais n'était pas vraiment au top). Il y avait quand même un bon incitatif, l'emploi était payé. Après mûre réflexion, j'ai plié bagage, j'ai quitté la ville de Québec pour Ottawa, j'y ai passé deux mois extraordinaires, j'ai amélioré mon anglais, j'ai découvert l'Ontario, et le clou de l'histoire, c'est que j'ai eu un coup de cœur pour Ottawa et que j'ai choisi de m'y établir 3 ans plus tard !


Les habitudes essentielles à adopter pour plus de positivité


Les personnes qui arrivent à atténuer l'impact du biais de négativité dans leur vie, ont développé des mécanismes d'adaptation. Alors quelles sont les habitudes de ces personnes positives qu'il nous est essentiel d'adopter pour surmonter le biais de négativité ? Les gens positifs ou qui travaillent sur leur positivité font ce qui suit :


Ils passent plus de temps à penser à des choses positives que négatives

Le calcul est bien simple. Puisque l'amplitude des mauvaises expériences sur les individus est de loin supérieure à celle des bonnes expériences, on peut attaquer le problème en s'immergeant fréquemment dans des pensées positives. Que ce soit en tenant un journal de gratitude, en lisant une pensée positive chaque jour, en célébrant les petites choses du quotidien, en se remémorant un fait cocasse, en étant capable de rire de soi-même avec bienveillance, il faut une stratégie à appliquer quotidiennement pour donner plus de place aux émotions positives.


Ils oublient les expériences négatives plutôt que de les ressasser sans arrêt

Les personnes positives n'ont pas souvent les idées noires parce qu'elles ne se concentrent pas sur les points négatifs de leurs expériences et, surtout, elles ne les rumine pas. Il est important de ne pas laisser toutes ces pensées déplaisantes prendre le dessus et envahir notre quotidien. Si vous vous surprenez à ruminer, tourner votre attention vers quelque chose qui occupera votre esprit positivement. Soyez bienveillant envers vous-même.


Ils accordent moins d'attention à ce qui est négatif et recadrent la situation

J'ai une fois entendu une coach répondre à la fameuse complainte « Pourquoi ça m'arrive à moi ? », en disant ceci : « les choses ne t'arrivent pas à toi, elles arrivent pour toi ». En fait, cela revient à : ce que tu fais avec ce qui t'arrive dépends de toi et tu peux le tourner à ton avantage pour que ça concoure à ton bien. Un bel exemple de recadrage et de mindset de croissance ! Si on revient à mon histoire de tout à l'heure, j'ai utilisé mon expérience négative avec le centre d'appels pour illustrer mon propos sur le biais de négativité et établir un lien émotionnel avec vous mes lecteurs afin de mieux faire passer mon message. En bout de compte, j'ai rendu cette expérience utile.


Ils prennent le temps d'apprécier les bons moments

En s'arrêtant sur les situations qui suscitent des émotions agréables en nous et en s'en nourrissant régulièrement, on fait favorablement pencher la balance vers la positivité. Cette approche aidante contre la négativité à laquelle nous sommes exposé, permet de rétablir le déséquilibre causé par notre réactivité au négatif.


Ils trouvent des façons de se recentrer

Ceci peut être accompli par différents moyens tel que la méditation, la pleine conscience ou toute autre pratique qui favorise le relâchement mental, une activité plaisante qui absorbe l'attention, faire du sport. Toute action constructive pouvant vous aider à vous réaligner sur votre bien-être est à considérer.


Ils optent pour la pensée positive

Certes, il y aura toujours des situations contrariantes et il n'est pas question ici de les ignorer complètement comme si l'on vivait au pays des merveilles. Il s'agit plutôt de booster son optimisme en développant un état d'esprit axé sur le bon côté des choses. On peut très bien être conscients des travers de la vie, vivre pleinement les émotions qui viennent avec, et être capable de faire l'expérience de la vie positivement. On ne peut pas s'attendre à être heureux constamment, ce serait utopique, mais on peut travailler à générer des vibrations positives et à faire son possible pour se relever des périodes d'abattement.


« Une seule petite pensée positive le matin peut changer votre journée entière. »

Dalaï Lama



J'espère que tout ceci vous aidera à déceler le biais de négativité, à le corriger et à vivre plus de positivité. Je suis bien curieuse de savoir quelles habitudes vous seriez prêts à adopter dès à présent ? Partagez-le en commentaire.




ABONNE-TOI AU BLOGUE et si tu aimes cet article, partage-le. 👍


Vous êtes mon baromètre ! Dites-moi ce que vous pensez de mes articles (en commentaires), pour que je puisse mieux vous parler des sujets qui vous intéressent. Merci !



REJOINS-MOI SUR LES MÉDIAS SOCIAUX !


@maqualitedevie

Instagram

Facebook

Twitter

Pinterest




ABONNE-TOI AU BLOGUE 

Merci de t'être abonné.e!